amelielallemand
Brunette
par Amélie Lallemand

Brunette est une collection de t-shirt sur lesquels sont imprimés des images pornographiques tirées du net puis censurées par des pièces de crochets cousues mains sur les parties génitales.

Est-ce qu’il encore possible de mettre à nu une certaine intimité face à une génération de l’image où les nouveaux médias rendent la pornographie accessible, évolutive et participative ? Que se passe-t-il au moment où la pornographie ne se trouve plus à sa place ?

La pornographie surgit dans l’espace public là où elle ne devrait pas être. Chacun devient tour à tour audience, voyeur et bien sur juge. En exhibant une intimité commune à tous, le spectateur est pris en faute de sa perversité. Le jugement se pose sur celui qui regarde et celui qui porte.

Les images sont censurées par des pièces de crochets rapportées et cousues. Vestiges d’un autre temps où les grands mères confectionnaient des napperons, des sortes de doudous se collent à l’image pour la camouflée. Hypocritement cachée cette partie qui dérange pour ne pas avoir à y faire face, la pornographie est alors projetée aux yeux de tous.

Court-circuitant nos représentations mentales en amputant l’image d’une partie de son sens, cette obstruction de la vision n’est là que pour rappeler son ultra présence. Le porno sans le plus excitant qu’en reste-t-il ? Une diffusion qui s’étale et qui donne à être jugée. Une image qui n’est plus que le reflet d’une pornographie rêvée de ce que chacun y transpose, elle ne donne a voir que ce que notre esprit renvoi et perçoit de la pornographie.

La collection met en rapport la force de diffusion du net face à la place de la pornographie dans la société. L'espace public annihile la traçabilité, le contrôle et la censure.